Contact
Face à une vie urbaine trépidante et stressante, l’envie de nature, de naturel, de se ressourcer, de se reconnecter à ses origines, se fait sentir. Tous les secteurs d’activité essaient de répondre à ces besoins, chacun à sa manière et la parfumerie n’y échappe pas. Bien au contraire, elle est bien placée pour nous prodiguer les senteurs qui nous plongeront à coup sûr au cœur d’un buisson d’aromates !

 

Ce retour aux sources, on le retrouve notamment à travers la culture de son potager et de son carré d’herbes aromatiques, qui n’est plus seulement réservé aux habitants des campagnes. En effet, de plus en plus de citadins se mettent à cultiver leur petit jardin sur leurs balcons ou dans des potagers urbains pour s’évader de l’ambiance citadine.

D’ailleurs les grands groupes d’électroménager comme Bosh ou Seb s’intéressent de près aux recherches des start up comme pour l’utilisation d’un potager intelligent/connecté qui permet de faire pousser ses herbes aromatiques. Le potager ne s’invite plus seulement sur nos balcons mais directement dans notre cuisine !

 

Nous redécouvrons des cultures de plantes méconnues et oubliées qui perpétuent le développement de la biodiversité et qui regorgent de multiples vertus.

 

Cette volonté de revenir à des produits simples et naturels explique également le regain d’intérêt des herboristeries. Les consommateurs y trouvent une alternative ou un complément aux médicaments et cosmétiques actuels. Nous redécouvrons des cultures de plantes méconnues et oubliées qui perpétuent le développement de la biodiversité et qui regorgent de multiples vertus. Dans cette même lignée, une grande variété de tisanes a fleuri dans le commerce et on ne parle plus ici de simples infusions de camomille ou de verveine. La marque Herbal Drinker Club, créée en 2017, dépoussière le genre avec un design sobre et chic et un marketing tourné vers la gent masculine avec des compositions innovantes comme « Le Tranquille » composé de pas moins d’une douzaine d’ingrédients, de la menthe verte, en passant par la camomille, la cannelle Chine, ou encore l’ hibiscus.

 

 

 

En décoration, les camaïeux de vert se font très présents, et les plantes se mettent en scène dans des herbiers à l’esprit apothicaire ou cabinet de curiosité. Les  grands imprimés végétaux sur papier peint sont devenus stars de nos espaces, et voit émerger plein de petits terrariums pour intégrer les jardins dans nos intérieurs… Bref l’intérêt d’un retour à une certaine authenticité est présent partout !

Coté parfumerie, on utilise aujourd’hui un grand nombre d’huiles essentielles d’herbes aromatiques, souvent connues pour leurs vertus apaisantes,  dont les plus communes sont la lavande, le romarin, le thym, la sauge, le basilic ou encore la coriandre. Elles sont largement employées dans les colognes et dans les parfums masculins (fougère, boisé aromatique). Elles donnent un souffle d’air frais et de la naturalité aux compositions. Jusqu’alors rarement utilisées en parfumerie féminine, ces notes connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt. La parfumerie moderne occidentale ne segmentant plus autant les familles olfactives : les fleurs ne sont plus réservées qu’aux femmes et les bois qu’aux hommes. C’est ainsi que nous retrouvons en majesté la lavande dans le parfum Mon Guerlain ; parti pris olfactif de la marque qui lui aura sans doute permis de se démarquer et de connaitre le succès qu’il a actuellement (dans le Top 10 des meilleures ventes de parfums féminins).

Ce printemps les marques s’inspirent largement de nos jardins dans leurs dernières créations : Cactus Garden, dernière création de Louis Vuitton, nous révèle les notes herbacées du maté et son effet foin associés avec les facettes vertes et citronnées du lemongrass, très employé dans la cuisine asiatique. Gucci propose une collection Alchemist Garden dans laquelle le parfum Moonlight Serenade dégage des effluves aromatiques de lavande et de sauge. De son côté, Olivier Polge, parfumeur de Chanel, utilise une facette feuille de tomate dans le dernier opus Paris Riviera. Tom Ford quant à lui, remet au goût du jour l’accord fougère dans l’une de ses dernières créations : Beau de jour avec des notes aromatiques de lavande, romarin, menthe et basilic.

Cet intérêt pour la nature, les notes aromatiques et l’esprit potager n’est pas totalement nouveau et comme toute tendance, revient de façon cyclique. En 1974, le fameux Eau de campagne de Sisley avec son accord feuille de tomate, basilic marqua son époque. En 1999, l’Aqua Allegoria Herba Fresca de Guerlain mettait en scène des notes d’herbes coupées et de feuilles de menthe sur un accord thé vert ; fragrance qui fait d’ailleurs toujours partie des meilleures ventes de la collection Aqua Allegoria de Guerlain.

 

L’illustration de cette tendance en parfum se retrouve aussi dans les dernières nouveautés en parfumerie d’ambiance inspirées par le carré d’aromates. Les marques nous proposent des accords d’herbe coupée, de basilic, de menthe et d’estragon ; nous embarquent dans une ambiance culinaire asiatique avec des accords de coriandre végétale, ou nous rafraichissent de la simplicité des feuilles de menthe.

 

L’engouement des parfums aromatiques permet de se rapprocher un peu plus de la nature et de retrouver un peu de cette authenticité perdue. Ces ambiances olfactives nous offrent de belles sensations d’apaisement, de repos, l’illusion d’aller se ressourcer dans une maison de campagne ou un jardin bucolique, ou encore de se retrouver dans sa cuisine en créant des mets goûteux et inventifs. Un vrai retour aux sources pour les sens et l’esprit !

(Anaïs Ginestet, fragrance designer)

Share your project with us
Back to top